Atmosfair fairfuel de quoi s’agit il?


Régulièrement nous vous informons de ce qui se passe dans la sphère du tourisme durable. Comme nous l’évoquons souvent sur nos pages, atmosfair notre partenaire pour la compensation des émissions de co2 dûment documentée, marque un tournant dans son histoire avec atmosfair fairfuel.

Petit rappel: Atmosfair champion pour la compensation du CO₂

Comme vous le savez, atmosfair est une organisation de protection du climat axée sur les voyages, créee en 2004. Pour impacter le moins possible le climat pendant un voyage en avion, Atmosfair propose entre autres de compenser les gaz à effet de serre par des énergies renouvelables. Difficile de passer à côté de cette Sarl reconnue d’utilité publique basée à Berlin, plusieurs fois sortie vainqueur de nombreuses études comparatives internationales. Atmosfair communique sur ses processus et ses objectifs de manière transparente, utilise un marketing percutant pour atteindre son public et s'efforce de faire une réelle différence dans la vie des gens.
Ce faisant, atmosfair suit un principe simple mais très rigoureux : pour des raisons de protection du climat, l'évitement du CO₂ doit avoir la priorité sur les autres mesures, dans la mesure du possible. Toutefois, si les émissions de CO₂ ne peuvent être évitées, il convient au moins de prendre des mesures pour réduire ces émissions autant que possible. Les émissions inévitables sont compensées par atmosfair dans des projets de protection du climat CDM Gold Standard de haute qualité (il s'agit du standard le plus strict disponible dans le monde), https://www.goldstandard.org/

Son approche à trois volets à la fois simple et efficace : “éviter – réduire – compenser” est devenue une sorte d'étalon-or du secteur. Mais les projets de protection du climat d'atmosfair ne font pas qu'économiser du CO₂, ils favorisent également le développement durable par le transfert de technologies et la réduction de la pauvreté.


7% d’émission à effet serre due au traffic aérien , mais c’est considérable!

Utiliser l’avion constitue un réel problème dans notre lutte contre le changement climatique. C'est de notoriété publique (ou du moins, cela devrait l'être). Mais existe-t-il des chiffres fiables pour étayer cette affirmation ?

Nous savons maintenant que l'aviation civile contribue de diverses manières à l'effet de serre anthropique, c'est-à-dire provoqué par l'homme. Outre le CO₂ communément redouté, la formation d'ozone ainsi que les nuages de voile et les traînées de condensation entraînent également une augmentation de l'effet de réchauffement. L'effet total du trafic aérien civile sur l'effet de serre d'origine humaine est estimé à 7 %.

La solution : faire que les compagnies aériennes utilisent du Power-to-Liquid* (PtL) . Pour l’instant Seul l'e-kérosène (PtL) peut réduire l’effet de serre (dans certains cas considérablement) et, si les plans de vol sont modifiés, il peut constituer une solution à long terme aux objectifs climatiques de la Cop 21 de Paris pour le trafic aérien.

*PtL: le mot Power-to-liquid regroupe en fait plusieurs facon de procéder pour produire du e-kérosène à partir d’électricité, d’eau et du CO². Tout d’abord on fracture l’eau à l’aide d’électricité, en hydrogène et en oxygène. Ensuite on transmue l’hydrogène et le CO² en un gaz synthétique qui sera en fin de processus transformé en carburant. Le Co² peut provenir de procédés industriels, du biogaz ou de l’air pollué. Le gros avantage des carburants PtL est qu’ils sont respecteux de l’environnement et proviennent de ressources disponibles en quantité illimitée. Néanmoins, les infrastructures nécessaires à sa fabrication sont encore limitées et le coût financier des procédés PtL est très élevé. (Source:Frankfurt am Main-IHK Wirtschaftsforum Magazine 10|11.2021)

Voler mieux avec atmosfair fairfuel

Le constat est d’ores et déjà clair, l'aviation traditionnelle n'est plus compatible avec les objectifs climatiques que nous nous sommes fixés. Mais avec un peu de pragmatisme et en misant sur la fameuse règle “éviter – réduire – compenser”, il est clair qu'il existe différents niveaux de solutions. Le mieux, bien sûr, est d'éviter complètement l'avion. Mais lorsque cela n'est pas possible, la réduction et la compensation peuvent être des compromis viables. L'utilisation d'un carburant labellisé atmosfair fairfuel (PtL) peut être pertinent.

En effet, l'e- kérosène (PtL) est un combustible qui n'est pas comparable au kérosène conventionnel. Le e- kérosène est raffiné à partir de pétrole brut synthétique en Jet A-1 commercialement utilisable. Le pétrole brut est alors produit par des procédés de synthèse à partir de la matière première CO₂ et de l’eau en utilisant de l'électricité verte. La cerise sur le gâteau : le e- kérosène peut être utilisé dans l'infrastructure aéronautique existante sans avoir à la modifier car une conversion technique des avions existants n'est pas nécessaire.

Le 03 octobre 2021, nous avons eu le plaisir à Myecostay de suivre en direct depuis Emsland ( Allemagne du Nord) l’inauguration de la première usine de production de Fairfuel à l'échelle industrielle. Dietrich Brockhagen, dont l'organisation atmosfair a fondé sa propre entreprise (solarbelt) et son propre label (fair fuel), a souligné dans son discours d'inauguration combien il est important aujourd'hui de ne plus perdre de temps et que, outre la compensation, il faut également investir dans les innovations techniques.

Bien sûr, le “atmosfair fairfuel” a pour but avoué de servir de label de qualité. De plus amples informations sur l'usine de l'Emsland sont disponibles ici et un enregistrement du livestream est visible ici.
Il est également important de souligner qu'atmosfair fairfuel reste fidèle à ses principes réels de protection du climat : L'évitement avant la réduction, et celle-ci avant la compensation. Pour le transport aérien, la réduction des émissions avec l'e- kérosène est désormais techniquement possible même si la production est pour l’instant encore insuffisante. C’est un grand pas en avant !


Atmosfair est-il seul dans cette quête de réduction de cO² ?

… heureusement pas, il existe d'autres centrales Power-To-Liquid dans toute l'Allemagne quelles soient en projet ou en cours de réalisation. Une usine est appelée “usine Power-To-Liquid” si elle pratique la conversion de l'énergie électrique en combustible liquide d’après le principe que nous avons décrite ci-dessus. La région de Francfort-Rhin-Main, par exemple, passe à l'offensive avec des initiatives et des installations pilotes correspondantes afin de se développer à long terme en tant que site économique axé sur le climat. Un exemple: Le parc industriel de Höchst est en train de se transformer en un pôle d’innovation pour la production de carburants neutres en CO² pour le transport aérien.
Un quota de conversion de l'énergie en liquide pour le transport aérien devrait également être introduit d'ici la fin de la décennie. Une grande nouvelle qui donne envie d'en savoir plus…

Favoris